arrow AIDE A LA CREATION OU REPRISE D’UNE ENTREPRISE
aide création entreprise

QUELS SONT LES DISPOSITIFS D’AIDE A LA CREATION OU REPRISE D’ENTREPRISE ?

Vous avez un projet passionnant en vue : créer votre entreprise. Après mûre réflexion et étude de faisabilité, vous abordez un point capital : son financement. Effectivement, même si vous avez des capitaux propres, il faudra sans doute les compléter. Peut-être pourriez-vous bénéficier d’un coup de pouce pour faire décoller votre projet ?

En effet, de nombreux dispositifs d’aide à la création d’entreprise existent. Mais les connaissez-vous bien ?

Selon la CCI, il existerait plus de 3 000 aides pour les entrepreneurs. Et chaque aide possède des conditions d’octroi bien spécifiques. En tant que créateur ou repreneur d’entreprise, vous pouvez avoir accès à diverses aides  : financières, fiscales et sociales, ou encore en accompagnement.

Difficile de s’y retrouver quand on est un entrepreneur en devenir. Faisons le point sur le sujet dans cet article.

 

1 – Pour créer mon entreprise : à quelles aides financières puis-je avoir droit ?

Pour compléter, le(s) prêt(s) accordé(s), par votre banque, d’autres solutions existent pour améliorer le financement de votre projet. En voici quelques-uns.

Le prêt NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise)

C’est un dispositif d’aides complet à la création d’entreprise, accessible aux personnes suivantes :

  • Demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’ARE ou de l’ASP,
  • Personnes de 18 à 25 ans (ou de moins de 30 ans si la personne est reconnue handicapée),
  • Créateurs d’entreprise bénéficiaires du RSA ou de l’ASS,
  • Demandeurs d’emploi non indemnisés inscrits depuis plus de 6 mois ces 18 derniers mois,
  • Personnes qui créent une entreprise dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPPV)
  • Salariés repreneurs de leur entreprise en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire.

Le dispositif NACRE comprend des aides à la finalisation du projet, à la structuration financière ainsi qu’un accompagnement au développement de l’entreprise. L’aide financière est un prêt à taux zéro et sans garantie. Mais elle doit obligatoirement être couplée à un prêt bancaire au moins d’un montant similaire. Le prêt NACRE à taux zéro est compris entre 1 000 € et 8 000 € sur 5 ans maximum.

Le prêt d’honneur

Il s’agit d’un prêt contracté sans garantie ni caution personnelle, c’est un prêt à la personne Il est généralement à taux zéro et inscrit en fonds propres. Ce type de prêt peut être proposé par des réseaux d’accompagnement, tels qu’Initiative France, Réseau Entreprendre, ou encore l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE).

Le montant varie selon la région de votre entreprise et peut atteindre 90 000 € pour les projets innovants.

Ce type de prêt intervient en complément des démarches auprès des banques et des autres acteurs du financement de l’entreprise. Véritable label de confiance pour les autres financeurs, c’est un prêt sans intérêts ni garantie et remboursable sur 5 ans. Le montant moyen du financement octroyé varie entre 3 000 et 50 000€.

Le microcrédit

Le microcrédit est développé spécifiquement pour des personnes rencontrant des difficultés d’accès aux financements bancaires. Il permet aux porteurs de projet de faire naître ou de pérenniser leur propre emploi. L’ADIE propose par exemple un prêt jusqu’à 10.000 €, pour une durée de remboursement de 36 mois maximum. S’ajoutant au prêt proprement dit, il y a possibilité d’assistance dans les démarches administratives, de coaching ou d’aide à la maîtrise des coûts

Des subventions locales existent également. Elles sont plus ou moins temporaires et peuvent être attribuées en fonction de certains profils d’entrepreneurs ou pour des projets innovants, ou encore des financements d’une formation ou de prestation de conseil.

D’autre part, suivant votre profil, vous pouvez bénéficier d’aides telles que l’Aide à la création d’entreprise pour les femmes, l’Aide à la création d’entreprise en tant qu’auto-entrepreneur, l’Aide financière pour la création d’entreprise en tant que chômeur, une Subvention pour la création d’entreprise par le Conseil Général, une Prime régionale à la création d’entreprise, etc.

 

2 – Les aides fiscales et sociales pour créer mon entreprise

En tant que créateur ou repreneur d’entreprise, vous pouvez avoir accès à des aides fiscales. C’est un allègement fiscal sous forme de déduction, de réduction ou de crédit d’impôt. Elles portent sur le revenu, l’impôt sur les sociétés ou les impôts locaux.

En effet, il y a possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu pour les souscriptions au capital d’une société. Pour cela, il faut :

  • être une personne physique fiscalement domiciliée en France,
  • avoir souscrit en numéraire au capital d’une société non cotée
  • s’engager à conserver l’ensemble des titres reçus à cette occasion jusqu’à la fin de la cinquième année, suivant celle au cours de laquelle la souscription a été réalisée (sauf cas particuliers).

Il existe aussi la possibilité de déduction des intérêts d’emprunt pour investissement dans l’entreprise. En effet, en tant que dirigeant qui souscrit au capital d’une société (ou un salarié) deux options sont offertes pour déduire les intérêts des emprunts contractés pour la souscription :

  • soit une déduction qui s’opère sur votre rémunération brute versée par la société ;
  • soit une déduction qui s’opère au titre des frais réels professionnels pour l’acquisition d’actions ou de parts sociales de la société.

Quant aux aides sociales, on parle essentiellement d’exonération de cotisations sociales. C’est l’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE) principalement réservée aux demandeurs d’emploi et aux jeunes de 18 – 25 ans. L’exonération des charges sociales du dirigeant est partielle ou totale pour la première année d’activité. Elle est toutefois conditionnée par vos revenus de l’année précédente.

 

3 – Quelles aides pour être accompagné dans la création de mon entreprise ?

Le dispositif le plus connu est le NACRE (présenté plus haut), mis en place par l’Etat ou la région. C’est un programme d’accompagnement pour les créateurs et repreneurs d’entreprises qui se déroule en trois étapes :

  • Aide au montage du projet
  • Structuration financière et intermédiation bancaire
  • Appui au démarrage et au développement de l’activité.

Les services de la région où vous souhaitez implanter votre projet de création d’entreprise vous informeront davantage sur l’organisme à approcher pour vous faire accompagner.

 

Il n’y a naturellement pas de solution miracle pour réussir « à coup sûr » son projet de création ou reprise d’entreprise, mais le premier conseil est de ne pas rester isolé. Vous pouvez vous faire aider.

Quel que soit votre projet de création d’entreprise, AKOLEO vous propose un accompagnement sur-mesure durant toutes les étapes de votre projet. Parce que pour nous, « Chaque cas est unique ». Notre équipe se tient à votre disposition pour une rencontre en visioconférence ou en présentiel.

 

N’oubliez pas, « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »